Selon des chercheurs américains, les faux médicaments vendus sur le marché mettent à mal des décennies de progrès contre le paludisme, la tuberculose ou le sida.

Selon l’Institut national de la santé des Etats-Unis, les médicaments contrefaits sont responsables de dizaines de milliers de morts chaque année et menacent de faire reculer des décennies d’efforts pour lutter contre le paludisme, la tuberculose, le VIH / sida et d’autres maladies infectieuses. « Cette pandémie mondiale devrait être traitée de toute urgence » soulignent-ils après avoir collecté les informations dans 17 études portant sur le sujet.

Dans l’une des études, les chercheurs ont constaté que sur 17000 échantillons de médicaments collectés dans le monde, 41% ne correspondaient pas aux normes de qualité ou étaient falsifiés. Dans une autre, que de faux médicaments contre le paludisme avaient provoqué la mort de 122 350 enfants africains en 2013. Quant aux innombrables antibiotiques de mauvaise qualité, ils provoquent de plus en plus d’antibio-résistance et ne permettent plus de lutter efficacement contre les microbes.

L’institut national de la santé déplore un manque de contrôle sur la qualités des produits, notamment dans les pays à faible revenu. Mais dans un marché mondialisé, difficile de lutter contre un fléau qui représente le très juteux pactole de 75 billions de dollars chaque année.

« Nous savons que cette épidémie s’étend sur une très vaste zone, traverse les frontières internationales et touche un grand nombre de personnes, » a déclaré Gaurvika Nayyar, responsable d’un programme d’établissement des normes de médicaments dans un comité scientifique. Les médicaments contrefaits ne concernent en effet pas seulement le paludisme ou la tuberculose mais on trouve aussi de faux médicaments contre le cancer, les maladies cardiovasculaires et autres maladies graves.

topsante/acces-sante.net

Categories: la_une, Progrès

Leave a Reply