Une réunion de restitution d’une étude cartographique des risques en rapport avec les frontières et la mobilité a été tenue, le week-end à l’hôtel Formoza à Matadi, par le Dr Taty Mawanda, médecin analyste en matière de surveillance épidémiologique de la division provinciale de la santé du Kongo Central.

Cette rencontre est parvenue à un constat amer selon lequel les frontières du Kongo Central restent poreuses et un grand nombre de points de passage sont insuffisamment couverts par les services de l’Etat, notamment l’Hygiène aux frontières, les Migrations et la Police nationale congolaise.

Elle a relevé un risque par rapport à la circulation des malades à cause des mouvements migratoires de la population, cette mobilité étant à la base d’une vulnérabilité dans certaines cités et quelques carrefours, dont Muanda et Kimpese.

Les études cartographiques des risques aux frontières menées ont ainsi recommandé l’activisme du Programme national de l’hygiène aux frontières (PNHF) pour une protection de la population et le renforcement de la surveillance communautaire, notamment la sécurité sanitaire et intérieure selon les ministères de tutelle.

Categories: Environnement, la_une

Leave a Reply